Edito

Alain Chrétien demande au Gouvernement d'informer davantage les agriculteurs face aux contrôles croissants de l'Administration.

Le 5 novembre dernier, les agriculteurs de France ont manifesté pour alerter l'Etat par rapport aux contraintes environnementales et administratives qu'ils subissent.

Les agriculteurs n'ont jamais eu à respecter autant de contraintes liées à l'environnement règlementaire et demandent aujourd'hui des réponses aux multiples problématiques auxquelles ils doivent faire face.

En effet, plus de 30 % des aides liées à la Politique Agricole Commune (PAC) pour 2014-2020 sont désormais conditionnées au verdissement des cultures. Les agriculteurs qui ne respecteraient pas le verdissement risqueraient une amende.

Ces contraintes croissantes sont d'autant plus regrettables que la PAC 2014-2020, adoptée en juin 2013 est censée laisser aux Etats membres une marge de manœuvre plus importante que lors des précédentes réformes.

Or, plutôt que de simplifier les dispositifs existants, les contrôles se sont multipliés. Les administrations ne sont pas capable d'expliquer clairement les changements intervenus aux agriculteurs. Aucun rôle de soutien, aucun rôle de conseil. C'est tout le secteur agricole qui se sent, à juste titre, incompris.

Conscients de ces contraintes règlementaires, Alain Chrétien a déposé une proposition de résolution parlementaire le 25 novembre, cosignée par 55 parlementaires UMP et UDI.

La Lettre d'Info

Hiver 2014-2015

Journal n 19

Contacter Alain CHRETIEN

Tribune Libre

L'appel des 51 députés de la ruralité, dont Alain Chrétien

LE FIGARO

"En 2015, ne nous traitez plus comme des bouseux !"

Par Pierre Morel-à-l'Huissier
Publié le 02/01/2015

(extraits)

« Les paysans n'ont pas eu leur Zola.» En quelques mots confiés jadis à Alain Peyrefitte, le général de Gaulle résumait ainsi la grande douleur muette de la paysannerie française. Plus d'un demi-siècle après cette phrase, le constat demeure. Aujourd'hui, les élites et les corps intermédiaires du pays se soucient comme d'une guigne de la ruralité.
Dans la France de 2014, un exploitant agricole se suicide tous les deux jours, et le taux de suicide des paysans de 45 à 64 ans est supérieur de 40 % à la moyenne: qui s'en soucie, qui en parle? Dans la France de 2014, 80 % du territoire se vide à grande vitesse de sa population. D'un côté l'on s'entasse dans les grandes villes. Mais de l'autre les écoles ferment, puis les petits commerces, puis les services publics: qui s'en soucie, qui en parle? Dans la France de 2014, plus de 5 millions de Français vivent en «zone isolée», expression statistique pudique pour dire qu'ils n'ont accès à rien des services publics que pourtant leurs impôts payent: qui s'en soucie, qui en parle?
Pour l'exprimer abruptement, il y a la campagne des urbains et il y a la campagne des ruraux.
La campagne des urbains, ce sont des territoires ruraux en train de s'urbaniser parce que des urbains s'y installent pour tenter d'avoir «la ville à la campagne». Cette campagne-là bénéficie d'une dynamique d'investissements. C'est toujours celle-là qui est mise en avant pour essayer de prouver qu'en fait tout va bien.
La campagne des ruraux, c'est celle qui n'est pas assez proche des grandes villes. Cette campagne-là est laissée à l'abandon.
Ni indifférence ni misérabilisme: la campagne des ruraux a simplement besoin de transports en densité suffisante et qui fonctionnent, de la proximité d'un médecin et des services de santé et le maintien de services publics auxquels ces plus de 5 millions de Français ont droit comme tout un chacun.
Elle veut surtout que l'on cesse de traiter la campagne des ruraux comme des «bouseux». C'est nous, et personne d'autre, qui perpétuons la tradition paysanne plusieurs fois millénaire de la France. Nous avons donc droit à l'équité de traitement par les politiques publiques, mais aussi et surtout, nous avons droit au respect.

Pour lire l'intégralité de la tribune sur Le Figaro, cliquez ici.

Communiqués de Presse

à la Une

BTS MUC de Gray : Alain Chrétien écrit à la ministre de l'Education Nationale

Cette semaine, j'ai adressé un second courrier au Recteur d'Académie afin de lui exprimer mon total désaccord suite à la fermeture annoncée du BTS MUC du lycée Cournot de Gray.

Gray est au cœur d'un bassin rural et se doit d'offrir, plus que n'importe quel autre établissement une variété de choix de formation.

J'ai demandé à m'entretenir avec lui par téléphone et je souhaite vivement qu'il revienne sur sa décision. Pour cela, j'ai écrit aujourd'hui à la Ministre de l'Education Nationale.

11.02.15 BTS Gray - courrier ministre Education Nationale

Interventions à l'Assemblée nationale

Label Européen des voisins solidaires

"Vous êtes les héros du civisme ordinaire"

Après Prague, Lisbonne, Berlin, et de nombreux voisins solidaires nous avons eu la joie de recevoir pour la Ville de Vesoul, le Label Européen des voisins solidaires des mains du Président Atanase Périfan en compagnie d'Alexia Brunold, Responsable de la délégation sociale AG2R la mondiale. Merci à vous tous qui, depuis de nombreuses années, organisez dans tous les quartiers de la ville cette Fraternité et cette entraide si importante de nos jours.

12.02.15 Label Européen des voisins solidaires 1  12.02.15 Label Européen des voisins solidaires 2

BTS MUC de Gray : NON A LA FERMETURE !

J'étais cet après-midi au lycée Cournot de Gray pour défendre le BTS MUC. J'ai lu la lettre que j'ai adressé au recteur refusant de le recevoir tant que le dialogue n'était pas rétabli. Cette formation marche bien et apporte des débouchés pour les jeunes du pays graylois.
Le combat continue une manifestation est prévue jeudi à 16 heures. Continuez !

10.02.15 Manifestation BTS lycée Cournot Gray 1  10.02.15 Manifestation BTS lycée Cournot Gray 2